Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Développez votre premier film noir et blanc (argentique)

Développez votre premier film noir et blanc (argentique)

Ma vision de la photographie est la suivante : tout le monde devrait pouvoir faire de la photographie. Et la photographie argentique ne fait pas exception ! Mais comme vous vous l’imaginez probablement, avec l’argentique il y a quelques freins. L’un d’entre eux est le développement des photos. Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, ce n’est pas si compliqué et je vais vous le démontrer en vous donnant ma méthode et quelques astuces pour développer vos films noir et blanc, vous-même chez vous à la maison.

Je vous ai déjà dit ce qu’est la photographie argentique et comment réalisez facilement vos premières photos en argentique. Cette fois, je vais vous donner la méthode de développement que j’utilise depuis quelques années et qui me donne des résultats tout à fait satisfaisants. Avec un peu de patience et de rigueur tout le monde peut le faire… et vous aussi ! Il vous suffit de suivre la procédure ci-dessous. Pour cela, nous avons besoin d’un peu de matériel et de quelques produits.

1. Le Matériel

  • Une Cuve type Paterson (avec Spires)
  • Un Thermomètre
  • Un Décapsuleur
  • Une Paire de Ciseaux
  • Un Chronomètre
  • Une Éprouvette Graduée de 100ml
  • Des Pinces pour le Séchage

Mais aussi

  • Un évier avec l’eau courante pour les différents rinçages
  • Une pièce totalement noire ou un manchon pour la mise en spire

2. Les Produits

  • Le Révélateur
  • Le Fixateur
  • Du Liquide de Rinçage (pour lave-vaisselle)
  • De l’Eau Distillée

3. Chambre Noire ou Manchon ?

Comme vous le savez, en argentique, le film (ou négatif) est très sensible à la lumière, même une fois que la photo a été prise. Donc, lorsque le film est fini, on le rebobine pour pouvoir le sortir de l’appareil afin de le développer ou le faire développer. Si on choisi de développer soi-même ses films, ils doivent allez dans la cuve pour être baignés dans différents produits. Cette cuve est bien sûr totalement hermétique à la lumière. Cependant, pour y aller, le film doit être enroulé sur une spire. Opération qui se fait en dehors de la cuve. Pour cela, deux solutions : la chambre noire ou le manchon.

Au départ, j’ai commencé à enrouler mes film dans une petite chambre noire que j’avais improvisé dans une buanderie pour l’occasion. J’avais installé des serviettes de bain tout autour de la porte pour boucher les entrées de lumière. Cette méthode fonctionne bien mais est plutôt contraignante. Il faut prendre le temps de bien tout installer et vérifier que la lumière n’entre plus. Pour être sûr, je le faisais le soir une fois que la nuit était tombée ce qui réduisait les risques.

Après une vingtaine de films mis en spire de cette manière, j’ai cherché d’autres solutions. Très vite le manchon s’est avéré être celle que j’allais choisir. Malgré quelques avis négatifs à propos des manchons, j’ai décidé de tester cet outil. Je dois dire qu’en plus d’être bien plus simple et confortable, je n’ai noté aucun problème lors de mes nombreuses utilisations. J’ai à ce jour réalisé plusieurs mises en spire à l’aide d’un manchon et les résultats sont top avec beaucoup plus de facilité et de rapidité.

4. La Mise en Spire

 Cuve Paterson et ses deux spires

Quelque soit la solution du point 3 que vous choisirez, vous n’échapperez pas à la mise en spire. Une fois que votre pellicule est dans l’obscurité, vous devez récupérer votre négatif. Pour cela, vous devez enlever le couvercle inférieur du petit cylindre qui le contient grâce à votre décapsuleur.

 Décapsuler la bobine pour en extraire le négatif

Ensuite, vous coupez la partie plus étroite servant à l’engagement du film. Une fois cela fait, le film peut être glissé dans la bobine au niveau des ergots. Vous pouvez alors faire avancer le film en décalant les deux parties de la spire d’avant en arrière. Quand vous arrivez au bout, il faut couper le film au plus près de la bobine et terminer la mise en spire. Vous pouvez alors mettre les spires dans la cuve avant de refermer celle-ci.

Coupez l’amorce du film
Introduisez le film dans la spire

5. Préparation des produits

Je vais vous parler essentiellement des produits Ilford que je connais et que j’utilise le plus souvent. Il existe d’autres produits dans d’autres marques qui sont tout aussi bons et qui peuvent faire la même chose. Pour développer, j’utilise donc deux produits d’Ilford : le ID11 pour le révélateur et le Rapid Fixer pour le fixateur. Vous trouverez les instructions pour diluer les produits sur leurs emballages.

Quand j’ai commencé, je diluais et je jetais mes produits à chaque développement. Heureusement, j’ai rapidement lu qu’on pouvait le réutiliser plusieurs fois. Depuis, je m’en sers sans les diluer et je les remets en bouteille après utilisation. Il faut juste savoir que l’air et le temps sont mauvais pour la conservation des produits. J’attends donc d’avoir plusieurs films à développer sur l’année avant de préparer mes produits. Et je m’arrange pour retirer tant que possible l’air des bouteilles pour les conserver plus longtemps.

6. Le Développement

Le procédé de développement en lui même demande un peu de temps mais est plutôt simple. Il se fait en quatre étapes. Le film va d’abord être immergé dans le révélateur pour faire apparaître la photographie avant d’être rincé pour éliminer toute trace de révélateur. Cette étape de rinçage peut éventuellement être réduite effectuant un bain d’arrêt. Le négatif passera ensuite dans le fixateur pour figer l’état et éviter qu’il ne continue à réagir à la lumière. Si on ne fixe pas le film, il finira par être totalement exposé et l’image aura disparu. Après une nouvelle étape de rinçage, le film sera baigné dans un agent mouillant pour éviter toute trace ou trainée de produit lors du séchage. Pour ma part j’utilise un simple liquide de rinçage pour lave-vaisselle. Enfin, le film pourra être rincé avec une l’eau douce ou distillée avant d’être mis à sécher. Cette dernière étape permet de s’assurer qu’il n’y aura pas de calcaire qui se fixe sur la pellicule.

Pour les étapes 1, 2 et 3, il est nécessaire de faire tourner la cuve de façon régulière et lente. Laissez le liquide circuler partout et bien entrer en contact avec l’ensemble du film. Au risque que votre film ne soit pas développé si vous ne le faire pas entièrement baigner dans les différents produits. Prenez quelques secondes pour retourner la cuve et quelques secondes dans chaque position comme le montre l’image ci-dessous.

Étape 1 – Le révélateur

Le temps d’exposition au révélateur dépend de sa concentration.  Je choisi en général de travailler avec le produit pure (sans dilution). Verser le révélateur dans la cuve jusqu’à ce qu’il atteigne le milieu de l’entonnoir. Ensuite fermez la cuve et mélangez régulièrement en la retournant lentement et de façon répétitive jusqu’à la fin du temps imparti (voir la notice du film utilisé). Vous trouverez ci-dessous un exemple venant du site bw-reeltime où vous pouvez trouver les temps d’exposition en fonction du film et du révélateur utilisé.

http://www.bw-reeltime.com/10-film-ilford-hp5-.htm

Un fois le révélateur sorti de la cuve, il faut rincer les films plusieurs fois. On va remplir la cuve d’eau du robinet à 20°C et mélanger 3-4 fois puis vider la cuve. On reproduit l’opération 4 ou 5 fois pour être certain qu’il ne reste pas de révélateur sur le film. Cette opération peut être remplacée par un bain d’arrêt qui réduira le nombre de rinçage et la quantité d’eau nécessaire.

Étape 2 – Le Fixateur

Comme je le fait, nous allons utiliser le fixateur en dilution 1+4, soit 100ml de produit pour 400ml d’eau dans notre cuve de 500ml. Comme pour le révélateur, nous allons vérifier que le liquide monte jusqu’à la moitié de l’entonnoir (au minimum). On peut alors fermer la cuve. Avec cette dilution (1+4), le temps de mélange de la cuve se situe entre 2 et 5 minutes. Nous allons donc retourner lentement la cuve sur elle-même pendant cet intervalle de temps avant de la vider. On peut récupérer le produit et le réutiliser dans une courte période (dans le mois).

Un fois le fixateur sorti de la cuve, il faut rincer les films plusieurs fois. On va remplir la cuve d’eau du robinet à 20°C et mélanger 3-4 fois puis vider la cuve. On reproduit l’opération 4 ou 5 fois pour être certain qu’il ne reste pas de fixateur sur le film.

Étape 3 – L’Agent Mouillant

Pour cette étape, on met un peu de liquide de rinçage dans la cuve et on complète avec de l’eau à 20°C jusqu’en haut. On mélange pendant 3-4 minutes pour bien couvrir le film avec l’agent mouillant avant de vider la cuve.

Un fois l’agent mouillant sorti de la cuve, il faut rincer les films. On va remplir la cuve d’eau du robinet à 20°C et mélanger 3-4 fois puis vider la cuve. On reproduit l’opération 2 fois rincer un peu le film. Pour ce dernier rinçage je termine avec un rinçage à l’eau distillée pour éviter les traces de calcaire ou autre sur les films.

Étape 4 – Le Séchage

Enfin, dernière opération de développement, on met les films à sécher sur un support à l’abri des poussières. En général, je choisi de les suspendre dans la cabine de douche dans laquelle, il y a en principe moins de courants d’air et donc moins de risque de poussières. Il m’est également arrivé dans le cadre d’atelier de devoir accélérer le séchage. Dans ce cas, j’utilise un sèche-cheveux et je fais des vas-et-viens de haut en bas pendant 4-5 minutes en évitant de toucher le négatif. Attention, cette astuce est à éviter si vous pouvez attendre un séchage naturel à l’air libre.

Une fois que vos négatifs sont secs, ils sont prêts pour la numérisation ou le tirage sur papier.

Vous aussi vous aimez ou aimeriez pratiquer la photographie argentique ? Dites-moi dans les commentaires ci-dessous ce que vous utilisez comme appareil, où vous en êtes et ce qui vous bloque dans cette pratique.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.