Qu’est-ce que la vitesse d’obturation en photographie et quels sont ses effets sur vos photos ?

Qu’est-ce que la vitesse d’obturation en photographie et quels sont ses effets sur vos photos ?

Je ne sais pas si vous vous rappelez, mais lorsque nous avions parlé de l’Exposition, j’avais mentionné trois paramètres qui l’influençaient. Il y avait l’Ouverture, la Vitesse d’Obturation et la Sensibilité ISO. C’est en effet ces trois paramètres qui forment le Triangle d’Exposition. Aujourd’hui je vais vous expliquer en détail la notion de Vitesse d’Obturation et ses effets sur vos photos.

On appelle souvent aussi la Vitesse d’Obturation « temps de pose » ou tout simplement Vitesse. Comme son nom l’indique, elle est liée au temps pendant lequel l’obturateur laisse entrer la lumière vers le capteur de l’appareil photo. Temps qui s’exprime évidemment en seconde, mais aussi en dixièmes, centièmes et millièmes de seconde. L’obturateur est ce petit mécanisme bruyant qui s’ouvre et se ferme lorsque vous appuyez sur le déclencheur. Il y a trois choses que nous pouvons dire avec certitude à propos de la vitesse d’obturation :

– Une vitesse rapide fige l’action et le mouvement d’un sujet
– Une vitesse lente crée du flou pour un sujet en mouvement
– Si vous utilisez (involontairement) une vitesse lente, vous pouvez avoir un flou (de bougé) sur votre image dû à la vibration de votre appareil.

Comment savoir quelle vitesse est réglée sur mon appareil ?

Suivant l’appareil que vous utilisez, vous pourrez voir la vitesse sélectionnée à différents endroits. Elle peut se lire dans le viseur bien sûr, sur l’écran ou sur l’indicateur latéral de la partie supérieure de l’appareil. Quoi qu’il en soit, elle est toujours présentée à côté de la valeur d’ouverture comme le montre les exemples ci-dessous.

 Dans le cas de cet hybride Fuji X-E2, la valeur de vitesse (1/100 de seconde) se situe en bas à gauche de l’écran. A côté vous pouvez voir la valeur d’ouverture (F 1.4) et la sensibilité ISO (200). Vous retrouverez également ces informations dans le viseur de l’appareil.

Dans le cas du reflex (Nikon), les informations de vitesse et d’ouverture sont également visibles dans le viseur. Mais vous pouvez toujours jeter un oeil sur le petit écran de la partie supérieure de la poignée de l’appareil comme le montre la photo ci-dessus. La valeur 10 (en jaune), représente 1/10 de seconde.

Influence de la Vitesse d’Obturation sur l’image

La plupart du temps, lorsque l’on prend une photo, on cherchera à avoir une vitesse suffisamment élevée pour qu’elle soit nette et pour figer le sujet. Selon le sujet, il faudra donc adapter la vitesse d’obturation. Par exemple, pour un sujet en mouvement rapide, tel qu’un coureur ou un véhicule qui roule, la vitesse devra être supérieure au 1/1000 de seconde. Pour des photos du quotidien, des sujets statiques ou en mouvement lent, on choisira des vitesses entre 1/60 et 1/250 de seconde. Les vitesses plus lentes (à partir du 1/30 de seconde) sont utilisées quand on souhaite capturer volontairement le flou des sujets en mouvement. C’est le cas des cascades d’eau, des feux d’artifices ou des filés de voiture la nuit.

Voiture de Rally lancée à vive allure – f/4.5 – 1/250s – 400ISO
Ici le choix du 1/250s est volontaire pour que la voiture soit nette tout en gardant du mouvement dans les roues.

Rivière sauvage en Islande – f/22 – 30s – 250ISO
Cette photo prise en plein jour a naturellement nécessité l’utilisation d’un filtre Gris Neutre (ND1000)

Photo de nuit à Seattle – f/22 – 30s – 160ISO
A cette vitesse d’obturation lente, l’utilisation d’un trépied (ou tout support) pour stabiliser l’appareil est indispensable

La Vitesse et le Flou

Si la vitesse est inférieure au 1/60 de seconde, il y a un risque d’avoir ce qu’on appelle un flou de bougé. Autrement dit, le micro mouvement lié à la pression sur le déclencheur causera un flou inesthétique qui sera visible sur l’image. Et cela même si le sujet est fixe. Cette vitesse peut-être légèrement inférieure (jusqu’au 1/30 s) si vous tenez fermement votre appareil ou si vous vous appuyez contre un mur ou un autre support. En dessous, il sera nécessaire d’utiliser un trépied ou tout autre moyen de fixer l’appareil. C’est d’ailleurs grâce à cet outil que vous pourrez réaliser tous les types de photos en pose longue (ou vitesses lentes). Cette technique est très appréciée pour ces effets de flou créatifs.

Voici un exemple de photos du même sujet prises à des vitesses d’obturation différentes pour montrer les effets que celles-ci produisent. A une vitesse lente, sous le 1/30s, le sujet est flou de par son mouvement. A une vitesse très rapide, supérieure au 1/500s, on pourra figer le sujet même s’il est en mouvement. L’appareil photo était posé sur un trépied pour les deux premières photos. Enfin la troisième photo représente un filé. c’est-à-dire que l’appareil (en mouvement) suit le mouvement de la voiture.

Photo à vitesse lente (passage d’une voiture) – f/20 – 1/15s – 100ISO
L’appareil photo posé sur trépied à capté le mouvement grâce à la vitesse lente.

Photo à vitesse rapide (passage d’une voiture) – f/5.6 – 1/1000s – 320ISO
L’appareil photo posé sur trépied à figé le sujet et le mouvement est imperceptible grâce à la vitesse rapide.

Photo d’un filé (passage d’une voiture) – f/16 – 1/100s – 200ISO
L’appareil photo a suivi le sujet et son mouvement créant du mouvement dans l’environnement (arrière-plan) du sujet. Cela permet d’accentuer l’effet de vitesse ou de mouvement pour les photos d’action ou de sport.

Lien avec la Longueur Focale

Il y a cependant une exception ou plutôt une règle un peu plus compliquée à retenir. Le 1/60 s est une valeur générale. Car selon la focale utilisée la vitesse minimum pour éviter le flou de bougé est de 1/f . « f » étant la Focale de votre objectif. Donc, si vous utilisez un objectif de 50mm, vous pouvez sans problème travailler à une vitesse de 1/50 de seconde. Alors que si vous photographiez un lion avec un objectif de 300mm (par exemple), vous devrez vérifier que votre vitesse est supérieure à 1/300 de seconde.

Le réflexe a avoir est de connaître la focale montée sur votre appareil et surveiller la vitesse proposée par l’appareil. Si vous voyez qu’elle est insuffisante, vous pouvez ouvrir le diaphragme si cela est possible. Si non, il vous reste à montée votre sensibilité ISO, le troisième paramètres. Pour rappel, relisez l’article sur l’exposition.

Photo d’une panthère à 500mm sur un Nikon D750 (FF) – f/5.6 – 1/1000s – 560ISO
La longue focale de 500mm nécessitait de choisir d’une vitesse supérieure au 1/500s. En dessous, il y avait un risque de flou de bougé.

Et le capteur dans tout ça ?

Eh bien, le type de capteur de votre appareil photo a également un influence sur cette vitesse limite pouvant causer un flou de bougé. Rappelez-vous ce que nous avions vu dans l’article sur la Longueur Focale. Le type de capteur de votre appareil photo est déterminant pour connaître la longueur focale « réelle » que vous utilisez. Avec un appareil APS-C, une longueur focale de 300mm sera en fait une longueur focale de 450mm (le coefficient 1.5 😉 ). Dans ce cas, vous devrez vous assurer de ne pas descendre sous la vitesse du 1/450 de seconde.

En pratique

Comme je vous l’ai expliqué dans l’article sur les modes de prise de vues, l’appareil peut être utilisé de différentes façons. Cependant, vous aurez toujours les indications de vitesse et d’ouverture. C’est donc à vous de choisir le mode qui vous convient en fonction de votre sujet.

  • Si vous avez un sujet statique ou lent, préférez le mode priorité à l’ouverture. L’appareil photo vous indiquera dans le viseur (ou sur l’écran) une vitesse en fonction de la valeur d’ouverture que vous aurez sélectionnée. Tout ce que vous avez à faire, c’est de vérifier que votre vitesse est suffisante ou permet d’obtenir le résultat que vous souhaitez.
  • Si votre sujet bouge plus rapidement (photo de sport par exemple), optez pour le mode priorité à la vitesse. Dans ce cas, c’est vous qui décidez de la vitesse à laquelle vous souhaitez travailler. L’ouverture sera automatique calculée par l’appareil. Pour cette situation, c’est encore plus simple, ajustez la vitesse d’obturation en regardant l’un des écrans si votre appareil en est muni ou simplement dans le viseur. Une fois qu’elle est réglée, il vous reste à cadrer et déclencher.

C’était la notion élémentaire du jour expliquée pour vous. En espérant que ce petit article vous aura aidé à clarifier ce qu’est la vitesse d’obturation. Si ce n’est pas le cas ou si vous souhaitez plus de détails, une question, un commentaire sont toujours les bienvenus. N’hésitez donc pas à me donner vos impressions ci-dessous. Et n’oubliez pas de partager pour aider vos amis 😉

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.