La Lumière en photographie : l’observer, la comprendre, l’apprivoiser

La Lumière en photographie : l’observer, la comprendre, l’apprivoiser

Le sujet de cet article est, à mon sens, le plus important pour tout photographe averti. Bien au-delà de la maîtrise de la composition, de la technique ou tout simplement de votre appareil. Je veux bien sûr parler de la lumière. En effet, vous pouvez avoir le tout dernier modèle d’appareil photo, le plus performant de tous,… si vous ne savez pas lire, interpréter et capturer la lumière, vous ne pourrez jamais réaliser les images époustouflantes auxquelles vous pensez. Sans être aussi catégorique, comprendre la lumière et pouvoir l’utiliser au mieux est un réel atout pour des photos réussies et qui plaisent.

La lumière est nécessaire pour faire de la photographie, ça vous le savez déjà ! Mais comment seraient vos photos si vous pouviez l’observer et voir les effets positifs (ou négatifs) qu’elle peut apporter à vos images au moment de la prise de vues. Quand vous savez vraiment comment vous en servir à votre avantage, elle permet de créer des atmosphères particulières ou désirées. Elle peut aussi permettre de situer le moment de la scène capturée. Bref, voyons ensemble ce qu’est la lumière pour les photographes que nous sommes et comment parvenir à l’apprivoiser.

Qu’est-ce que la lumière

Commençons par quelques définitions de la lumière :

  • Rayonnement électromagnétique dont la longueur d’onde, comprise entre 400 et 780 nm, correspond à la zone de sensibilité de l’œil humain, entre l’ultraviolet et l’infrarouge (cf Larousse).
  • Clarté émise par le soleil, qui éclaire les objets et les rend visibles : Laisser pénétrer la lumière dans la pièce (cf Larousse).
  • Dans son acception la plus courante, la lumière est un phénomène physique qui peut produire une sensation visuelle. La physique détermine qu’il s’agit d’ondes électromagnétiques dont les longueurs d’onde dans le vide sont autour de 550 nm, plus ou moins un tiers, ces limites imprécises et variant selon les espèces correspondant, par un effet d’adaptation à l’environnement, à la région du spectre électromagnétique où l’éclairement énergétique solaire est maximal à la surface de la Terre (cf Wikipédia).
Les rayons du soleil traversant la fenêtre sont bien visibles sur cette photo. Photo Florent Letertre

On comprend que la lumière est un rayonnement qui éclaire des éléments ou des sujets afin de les rendre visibles pour l’œil humain. Plus particulièrement en photographie, vous devez comprendre que c’est le moyen de mettre en valeur votre sujet. Ou, autrement dit, que vous devez apprendre à vous en servir pour mettre votre sujet en valeur.

Selon ses caractéristiques et la façon donc vous l’utilisez, la lumière crée un modelé différent sur votre sujet, quel qu’il soit. Certaines lumières seront flatteuses et agréables alors que d’autres seront totalement néfastes et à éviter. Pour cela, commencez par déterminer les sources disponibles autour de vous et voyez comment vous en servir.

Les sources de lumière

La lumière est partout, qu’elle soit naturelle ou artificielle… heureusement, sinon je ne vous dis pas la galère dans le noir complet ! 🙂 On a le soleil durant la journée bien sûr, mais aussi la lune pendant la nuit. Ces sources naturelles peuvent être complètement visibles ou partiellement voire totalement cachées par des nuages ou autres. Ce qui change totalement la façon dont les éléments seront éclairés. On ne parle là que des sources naturelles.

Source naturelle du début de journée venant de côté. Photo Florent Letertre

Les sources artificielles sont infiniment plus nombreuses, lampes, bougies, flashs, éclairages de studio, vitrines, écrans et j’en passe. En studio, par exemple, c’est le rôle du photographe de préparer ses éclairages et de les disposer de la meilleure manière pour obtenir le résultat qu’il recherche. Il peut choisir leur position, plus proche ou plus lointaine par rapport au sujet. S’il veut mettre un diffuseur type softbox pour adoucir le rendu ou laisser les rayons lumineux atteindre le sujet en direct,…

Eclairage latéral en studio, bien visible grâce aux ombres sur les pétales. Photo Florent Letertre

Les caractéristiques de la lumière

Tout au long d’une journée, vous ne trouverez pas les mêmes lumières. Si vous changez d’endroit et plus encore de latitude, elles seront aussi très différentes. Cela est dû aux caractéristiques de la lumière.  Elle possède quatre grandes caractéristiques qui la déterminent : son intensité, sa direction, sa qualité et sa chaleur. Chacun de ces facteurs influence le rendu de la lumière qui éclaire une scène. Nous allons détailler ces quatre facteurs et voir leurs effets sur la scène ou le sujet.

1. L’intensité de la lumière

L’intensité correspond à la quantité de lumière disponible arrivant sur le sujet. Selon sa taille, sa matière et sa couleur, chaque sujet réfléchit la lumière différemment d’un autre. Ils n’ont donc pas besoin de la même intensité pour être éclairés. Il n’y aura pas la même intensité lors d’une journée de ciel dégagé qu’un jour de pluie. Et pourtant le soleil lui est bien le même, le sujet ne reçoit pourtant pas la même quantité de lumière. L’intensité détermine par conséquent le contraste de la scène ou du sujet éclairé.

On parle de contraste lorsqu’il y a une différence entre les tons foncés et les tons clairs. Plus le rapport entre les hautes lumières et les basses lumières (ombres) est grand, plus il y a de contraste. Avec un éclairage intense, le contraste sera naturellement plus fort qu’avec un éclairage plus doux. Pour donner un exemple plus concret, regarder les contrastes et les fortes ombres visibles sur les visages de personnes photographiées à midi lors d’une journée ensoleillée en été. En cette même journée, les lumières et les ombres seront bien plus douces, si vous attendez la fin d’après-midi ou si vous aviez choisi les premières heures du jour.

Une douce lumière de fin d’après midi venant en contre-jour. Photo Florent Letertre

2. La direction de la lumière

Selon sa source, la lumière peut venir de divers côtés. Si on prend le cas du soleil, nous avons l’habitude qu’il vienne d’en haut avec un angle qui varie en fonction du moment de la journée ou de l’année (heures et saisons). Le photographe peut modifier l’angle ou la direction de la lumière grâce à certains accessoires comme le réflecteur.

Avec une lampe ou un flash, vous pouvez facilement choisir l’angle précis que prendra la lumière. C’est aussi possible avec la lumière naturelle même si moins facile. Ces différents angles ont des noms qu’il est bien de connaitre : Lumière…

  • Frontale : comme son nom l’indique, lumière qui arrive face au sujet et donne peu de modelé.
  • Oblique : lumière venant à 45° de la gauche ou de la droite du sujet créant des ombres à l’opposé.
  • Latérale : plutôt extrême, le sujet n’est éclairé que d’un seul côté avec fort contraste.
  • Contre-Jour : lumière venant de l’arrière du sujet et le plongeant dans son ombre (propre).
  • Plongée ou Contre-Plongée : venant du haut ou du bas en face du sujet. Moins utilisé.
  • Rasante : placée sur le côté, elle vient affleurer la surface éclairée faisant ressortir les moindre détails.
  • Directe : lumière qui vient directement de la source pour éclairer le sujet.
  • Indirecte : lumière réfléchie sur une surface éclairant le sujet.
Là encore on peut observer une lumière en contre-jour qui crée cette ambiance si particulière.
Photo Florent Letertre

3. La qualité de la lumière

Comme je l’ai dit plus haut, il existe une multitude de sources lumineuses. Celles-ce peuvent en plus être utilisées de différentes manières : directe, dirigée ou diffuse. C’est selon la manière choisie ou disponible que va dépendre la qualité de la lumière et donc inévitablement aussi la qualité des ombres. La lumière est dite :

  • Directe : lorsque la source est ponctuelle comme la lumière du jour ou une ampoule seule.
  • Dirigée : lorsque les rayons lumineux sont concentrés en passant à travers une lentille et convergent en un faisceau. C’est le cas des projecteurs. La lumière dirigée est plus dure et contrastée avec des ombres portées plus nettes que la directe. C’est le cas de la lumière du jour qui entre par une fenêtre ou une porte entrouverte.
  • Diffuse : lorsqu’un écran opaque est interposé entre la source et le sujet. La lumière sera plus douce et moins contrastée que la directe. C’est le cas avec un diffuseur ou une softbox en studio mais aussi lors d’une journée nuageuse en lumière naturelle.
Choisir l’après-midi permet d’obtenir ces ambiances très douces même quand
le soleil est bien présent. Photo Florent Letertre

4. La chaleur de la lumière

Quand on parle de chaleur de la lumière, on pense surtout à la température des couleurs et donc à la balance des blancs. Toutes les sources ont une température de couleur propre. Certaines sources sont plus chaudes comme une bougie, un coucher de soleil ou la fin de journée en automne. A l’inverse, un flash, la lumière naturelle d’une journée pluvieuse ou à l’ombre seront des sources plus froides.

Cette notion de température de couleur est surtout importante pour la balance des blancs étant donné que ces sources vont influencer la couleur renvoyée par le sujet qu’elles éclairent. Bien sûr, cela aura peu ou pas d’effet si vous photographiez en noir & blanc. Mais en couleur, soyez toujours vigilant à la température de vos sources.

L’ambiance lumineuse plutôt chaude d’un début de soirée estival. Photo Florent Letertre

S’entrainer

Le meilleur moyen d’apprivoiser la lumière en photographie est de s’entrainer. Pas nécessairement en prenant des photos. Déjà, juste en observant différentes scènes tout au long d’une journée, d’une semaine, à chaque fois que vous en avez l’occasion. Plus vous serez attentif à la façon dont la lumière éclaire et modèle une scène ou un sujet, plus vous apprendrez et plus vous serez apte à l’utiliser au mieux pour vos photos.

Voici une photo que j’ai prise pour essayer de retranscrire les ambiances
lumineuses dans une forêt. Photo Florent Letertre

Pour vous entrainer, je vous propose un petit exercice pratique en deux étapes.

  1. La première est de choisir un lieu près de chez vous et de vous y rendre sans appareil photo. Commencez par y aller une fois le matin, une autre fois le midi et une troisième fois en fin de journée. Observez comment la scène est éclairée, de même pour les éléments présents. D’où vient la lumière ? Est-elle directe ou indirecte, intense ou douce ? Crée-t-elle de forts contrastes et des ombres marquées ou non ? Essayez de nommer les lumières et leurs directions, …
  2. Pour la deuxième partie, refaites la même chose qu’au point 1 mais cette fois avec votre appareil photo et tentez de capturer ce que vous voyez. Ensuite, analysez vos images pour voir si vous pouvez percevoir et décrire la lumière de la même manière.
    Note : Le noir & blanc renforce l’effet de la lumière. Vous pourrez mieux voir ses caractéristiques en photographiant en noir & blanc.

Conclusion

Pour conclure cet article sur la lumière, je dirais que quel que soit le domaine de la photographie que vous affectionnez et quel que soit votre niveau, il est toujours intéressant de considérer la lumière. Essayez toujours de l’observer avant de prendre vos clichés. Déterminer la source et ses caractéristiques. Plus vous ferez ce petit exercice, plus vous irez vite pour la voir et vous adapter au mieux. Un petit peu chaque jour, même sans avoir d’appareil photo à la main. Encore une fois, la lumière est partout, donc il ne tient qu’à vous de pratiquer 😉

Si vous avez aimez cet article et que vous souhaitez en faire profiter quelqu’un, partagez-le… vous aiderez peut-être quelqu’un à se rendre compte de l’importance de savoir lire la lumière lorsque l’on est photographe, même amateur.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.