Comment savoir quels réglages choisir pour prendre vos photos

Comment savoir quels réglages choisir pour prendre vos photos

Suite aux nombreuses réponses reçues pour le sondage que j’ai envoyé la semaine dernière, j’ai constaté que plusieurs lecteurs exprimaient des difficultés avec le choix des réglages de leur appareil photo. C’est assez courant lorsque l’on débute. Avec la bonne marche à suivre, vous y verrez rapidement plus clair.

J’ai donc opté pour un article qui vous donne les principales choses à considérer pour faire les bons choix de réglages. En plus, je vais vous dire comment faire ces réglages selon les situations les plus courantes et les principaux sujets que vous préférez photographier.

Pour ceux qui le souhaitent, vous pouvez retrouver (et compléter) le sondage via le lien que je vous remets ci-dessous. Vous aurez peut-être des réponses à vos questions dans un prochain article ou une prochaine vidéo.

Je participe au sondage photo

L’exposition

La toute première chose à prendre en compte, c’est l’exposition. Bien exposer une photo dépend avant tout de la lumière disponible dans la scène. Mais également du triangle d’exposition et de ses trois paramètres : la sensibilité ISO, l’ouverture et la vitesse d’obturation.

1. La sensibilité ISO

La sensibilité ISO est souvent considérée en dernier lorsque l’on parle de ces trois paramètres. Or, à mon sens, c’est celui par lequel vous devez commencer. En effet, une fois celui-ci déterminé en fonction de la luminosité disponible, vous ne devez plus vous en occuper. Sauf en cas de changement de lumière évidemment. Pensez aux photographes argentiques, ils choisissaient la sensibilité du film d’après les photos qu’ils allaient faire et la lumière disponible à ce moment-là. Ils ne pouvaient pas changer de valeur ISO entre chaque photo comme vous pouvez le faire en numérique.

Je vous conseille de pratiquer de la même manière en transposant au numérique. A titre d’exemple, imaginons que vous fassiez vos photos en extérieur durant une journée ensoleillée. Favorisez alors une faible sensibilité, de 100 ou 200 ISO maximum. Si le ciel est couvert ou que vous vous faites vos photos en fin de journée, vous pouvez utiliser une sensibilité de 400 à 800 ISO. Enfin, en intérieur ou pour les situations de plus faible luminosité, optez pour une valeur de 1600 ISO minimum.

Ces réglages peuvent varier légèrement mais sont un guide pour vous aider à situer les plages de sensibilité en fonction de l’intensité lumineuse. Avec la pratique et l’expérience, vous saurez directement quelle sensibilité utiliser selon la quantité de lumière du moment. De manière générale, on fera au mieux pour toujours utiliser la sensibilité la plus basse, quand c’est possible. Cela afin d’éviter le bruit numérique.

2. L’ouverture

Pour moi, l’ouverture est le paramètre qui vient directement après. La raison est simple, c’est en jouant sur l’ouverture du diaphragme que l’on peut faire entrer plus ou moins de lumière dans l’appareil. C’est aussi l’ouverture qui permet de faire varier la profondeur de champ (ou zone de netteté). Donc, en fonction de votre sujet, vous pouvez facilement décider de la valeur d’ouverture à laquelle vous souhaitez prendre vos clichés.

Prenons l’exemple simple du portrait et du paysage. Pour le portrait on cherchera le plus souvent une profondeur de champ réduite. Ce qui produira un arrière-plan flou et aidera à mettre le sujet en évidence. A l’inverse, pour le paysage, on voudra que la zone de netteté soit la plus étendue possible. On optera alors pour une grande profondeur de champ. Vous l’avez compris, c’est en ce sens qu’on règlera l’ouverture pour avoir la profondeur de champ la plus adaptée en fonction du type de sujet.

Il en est de même pour tous les autres sujets. Déterminez quelle doit être l’étendue de votre zone de netteté et vous saurez si vous devez ouvrir ou fermer votre diaphragme. Ajuster alors votre ouverture en conséquence avec la molette qui convient et vous n’avez plus qu’à déclencher.

3. La vitesse

Tout comme avec l’ouverture, jouer sur la vitesse se fait pour des sujets spécifiques et adaptés. C’est le cas pour des sujets en mouvement, pour capturer la plupart des sports ou les courses automobiles, entre autres. Lorsque vous savez que vous allez rencontrer ce type de situation, vous devez directement penser qu’il vous faut prendre le contrôle sur la vitesse d’obturation.

Les personnes qui ont lu cet article ont lu aussi :  Utilisation des flashs, lequel, pourquoi et comment

Ce sera également le cas, si vous souhaitez obtenir des effets particuliers. Pour la pratique de la pose longue ou pour créer une sensation de mouvement dans vos images. Une fois que vous avez assimilé la fonction et les effets de ces trois paramètres, les choses commencent à être plus simples. Voyons quand et comment les utiliser.

Le mode de prise de vues

Maintenant que vous avez compris le triangle d’exposition et la priorité de ses paramètres, passons aux modes de prise de vues. Là aussi il y a une certaine logique qui peut vous aider à vous y retrouver et faire le bon choix. En utilisant les modes de prise de vues semi-automatiques ou le mode manuel, vous commencer à prendre le contrôle de votre appareil. C’est le début de la liberté photographique 🙂 .

1. Priorité à l’ouverture (A/Av)

Comme son nom l’indique, le mode priorité ouverture met la priorité sur l’ouverture. C’est donc le photographe qui choisi la valeur d’ouverture du diaphragme. Et donc la profondeur de champs qu’il souhaite utiliser. Avec ce mode, l’appareil calcule la vitesse d’obturation adaptée pour une bonne exposition. En gros, vous avez réglé la sensibilité ISO selon la lumière disponible. Ensuite, vous réglez l’ouverture que vous souhaitez en fonction du sujet photographié. Et l’appareil vous donne la valeur de vitesse qui vous donnera une bonne exposition. Simple, non ?

En y regardant de plus près, en mode priorité à l’ouverture, vous ne devez pratiquement gérer que la profondeur de champ liée à la valeur d’ouverture du diaphragme. Tout ce à quoi vous devez penser, c’est quel est votre sujet et si vous voulez une faible zone de netteté ou une zone plus large. Souvent, je dis que ce mode peut être utilisé dans 80% des situations.

2. Priorité à la vitesse (S/Tv)

Passons à la priorité vitesse. Ce mode est équivalent au précédent sauf que c’est la valeur de la vitesse d’obturation que vous gérez. En fonction de votre sujet, vous réglez une certaine vitesse et l’appareil calcule et vous donne la valeur d’ouverture associée pour la lumière disponible et une bonne exposition. La sensibilité ISO étant toujours déterminée au préalable.

Donc, si vous avez un sujet en mouvement plus rapide, qui se déplace continuellement, vous devez opter pour ce réglage. Vous pouvez considérer que ce choix représente le plus souvent 15% des situations.

3. Le mode Manuel (M)

Enfin, abordons rapidement le mode manuel. Ce mode est celui avec lequel vous avez plus à contrôler. La vitesse ET l’ouverture. Ce mode fonctionne en vous donnant une indication dans le viseur. Lorsque l’échelle graduée est sur 0 (au centre), vos réglages donneront une bonne exposition. Si elle est vers le signe « -« , image sous-exposée ou vers le signe « + », image surexposée, il vous faudra compenser en jouant sur le réglage de vitesse OU d’ouverture pour remettre le curseur au centre.

Le choix se fait exactement de la même manière qu’expliqué dans les deux autres modes et en fonction de votre sujet. Par contre, dans ce mode, vous devrez ajuster l’autre paramètre vous-mêmes pour recentrer le curseur et obtenir une bonne exposition. En général, on utilise le mode manuel dans les situations où la lumière est constante et ne risque pas de changer toutes les deux minutes. C’est le cas du studio, des prises de vues en intérieur ou éventuellement en cas de ciel couvert, en hiver. J’estime que ces situations représentent 5% des situations photographiques possibles.

Tout dépend du sujet !

J’imagine que vous avez compris que ce qui vous permet de faire le bon choix de réglages c’est d’abord votre sujet et son environnement. Vous n’utiliserez pas les mêmes réglages lorsque vous faites du paysage, du portrait ou de la photo de nuit. Il y a cependant des tendances et surtout des astuces. Je vais vous donner les réglages « recommandés » pour certains des sujets les plus courants.

En paysage et photo de nuit

Pour réaliser de beaux paysages, il est préférable qu’ils soient bien nets. Avoir une zone de netteté la plus étendue possible. Pour cela, vous devez augmenter la profondeur de champ, qui se traduit par une petite ouverture de diaphragme. Et des grandes valeurs d’ouverture : f/16, f/22 par exemple. Par ailleurs, pour assurer une certaine qualité et une netteté maximale, favorisez les faibles sensibilités : 100 ou 200 ISO. Même si les vitesses d’obturation sont lentes. Dans ce cas-là, pensez à utiliser un trépied.

Les personnes qui ont lu cet article ont lu aussi :  Comment savoir s'il faut convertir en noir et blanc une photo couleur

Comme nous l’avons vu plus haut, une majorité de situations sont liées à l’ouverture car le photographe doit déterminer de quelle profondeur de champ il a besoin en fonction de son sujet. Pour cette raison, on passera en mode priorité à l’ouverture (A/Av) lorsque l’on fait de la photo de paysage. Donc une fois que vous avez choisi et réglé votre ouverture, l’appareil vous donne la vitesse d’obturation adaptée. Vous n’avez plus qu’à cadrer et déclencher.

Les réglages à utiliser en photo de nuit sont assez similaires à ceux utilisés en paysage. La principale différence est que vous avez moins de lumière. Le trépied sera donc inévitable. Favorisez surtout les plus petites valeurs de sensibilité, 200 ISO maximum. Plus elles seront hautes, plus vous aurez du bruit, c’est pixels colorés qui dégradent la qualité de l’image. Celui-ci est beaucoup plus visible dans les zones sombres. Et donc plus perceptible en photo nocturne.

En portrait

On travaille de manière similaire en portrait. Sur quel paramètre devez-vous mettre l’accent ? L’ouverture puisque vous souhaitez réduire la profondeur de champ et avoir un joli flou d’arrière-plan qui fait ressortir votre sujet. Donc, là aussi, vous devez opter pour le mode priorité à l’ouverture. Vous choisissez une grande ouverture, petite valeur, genre f/2.8 ou en dessous. l’appareil vous donne la vitesse correspondante pour une bonne exposition.

La sensibilité ISO a un peu moins d’importance dans ce cas de figure. Adaptez simplement le réglage à la quantité de lumière disponible. 200 ISO si vous êtes en extérieur, en plein soleil. 400 ISO si le ciel est couvert ou si vous êtes à l’ombre. Et 800 ou 1600 ISO si vous êtes en intérieur par exemple. Veillez par contre à ce que la vitesse d’obturation proposée par l’appareil soit suffisante pour éviter les flous de bougé.

En photo de sport, d’enfants, d’animaux

En photographie de sport, animalière ou avec les enfants, il y a souvent du mouvement, de la vitesse. Pour pouvoir contrôler les effets et la réussite de vos prises de vues, vous devez choisir le mode priorité à la vitesse (S/Tv) sur votre appareil. Cela vous permet de prendre le contrôle de celle-ci et régler une valeur de vitesse plus grande : 1/250 ou 1/500 de seconde par exemple. Ce qui permet de « figer » le mouvement. Mais vous pouvez également baisser légèrement ces valeurs pour garder un minimum de mouvement dans vos images. En effet, dans ce cas toutes les parties en mouvement plus rapide seront floues.

Comme je vous l’ai dit plus haut, commencez toujours par le réglage de la sensibilité. Selon que vous êtes à l’extérieur ou à l’intérieur vous pouvez augmenter la valeur en conséquence. Faites cependant attention de ne pas aller trop haut au risque de dégrader la finesse des détails. Une fois la sensibilité et la vitesse d’obturation réglées, votre appareil vous donne une valeur d’ouverture correspondant à la quantité de lumière disponible. Vous n’avez alors plus qu’à cadrer et déclencher.

Vous non plus vous ne savez pas comment faire le bon choix de réglages ? Est-ce que vous y voyez plus clair maintenant ? Dites-moi ce qui vous semble compliqué ou qui vous pose problème en commentaire ci-dessous. Ou si vous rencontrez d’autres difficultés dans votre pratique de la photographie, voici un petit sondage pour poser vos questions…

Je pose mes questions photo

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :