Comment maîtriser l’utilisation du mode Manuel

Comment maîtriser l’utilisation du mode Manuel

J’entends souvent des personnes qui voudraient pouvoir utiliser leur appareil photo en mode manuel (M) mais qui trouvent ça compliqué. En général, je recommande aux débutants d’utiliser les modes semi-automatiques, la priorité à l’ouverture (A/Av) ou la priorité à la vitesse (S/Tv). Mais dans certains cas, le mode manuel peut être le meilleur choix. Et finalement, peut-être même le plus simple !

Dans cet article je vous explique comment fonctionne ce mode de prise de vues. Je vous dis aussi pourquoi le mode de mesure de lumière est déterminant. Et enfin, je vous présente quelques situations pour lesquelles le mode Manuel peut être le mode à favoriser et pourquoi.

Comment fonctionne le mode manuel

Avant de choisir d’utiliser le mode manuel, il est important de bien comprendre comment il fonctionne. En effet, dans ce mode, c’est le photographe qui contrôle tous les paramètres de la prise de vue. Il faut donc que vous régliez la valeur de sensibilité ISO, choisissiez une ouverture en fonction de votre sujet et enfin ajuster la vitesse d’obturation pour obtenir une exposition correcte pour la photo que vous voulez faire.

Vous pouvez évidemment opérer en commençant par le choix de la vitesse plutôt que l’ouverture si vous photographiez un sujet en mouvement. Vous finirez alors par l’ajustement de l’ouverture de votre diaphragme en conséquence. Afin de pouvoir faire correctement cet ajustement pour avoir la bonne exposition, vous avez une échelle graduée dans le bas du viseur de votre appareil photo.

Le mode manuel et son échelle d’exposition
L’échelle graduée
Exemples d’affichage des échelles d’exposition dans le viseur (Nikon vs Canon)

Cette petite échelle, visible dans le viseur lorsque vous êtes en mode manuel, vous indique l’exposition de votre photo, avant de déclencher. Si elle indique « 0 » au moment où vous êtes prêts à déclencher, c’est que l’exposition de la photo que vous cadrez sera correcte. Si « l’aiguille » est du côté des moins (-), votre photo sera sous-exposée. A l’inverse, si elle est dans les plus (+), la photo sera surexposée.

L’importance de la mesure de lumière

La mesure de lumière permet de connaître la quantité de lumière disponible. Grâce à cette information, l’appareil photo va pouvoir calculer l’exposition nécessaire et donner les valeurs d’ouverture ou de vitesse à utiliser. Avec le mode manuel, ce sera à vous de déterminer ces valeurs en vous aidant du curseur dont nous avons parlé plus haut.

La plupart du temps, on utilisera le mode de mesure matricielle (ou évaluative) qui fait une moyenne sur l’ensemble de la zone cadrée. Cependant, il est aussi possible d’utiliser tous les autres modes de mesure. Par exemple, la mesure spot qui ne tient compte que d’une très petite zone, le collimateur sélectionné vous donnera la quantité de lumière à cet endroit.

Exemple d’une photo de portrait en studio avec utilisation de la mesure Spot prise sur le visage (point rouge)
En pratique

Il est important de savoir quel mode de mesure de lumière vous avez sélectionné. En fonction de celui-ci, vous pourrez décider de quelle partie de votre cadrage vous chercher à exposer au mieux. C’est là (et seulement là) que vous pourrez être sûr de l’information fournie par le curseur de votre viseur.

En mode matriciel pour un paysage, ce sera simple. Vous faites votre cadrage, si l’aiguille est sur 0, vous êtes bons, vous pouvez déclencher. Imaginons maintenant que vous choisissez la mesure spot et que vous photographiez une personne en contre jour ou devant un fond noir en studio. Vous devrez faire votre mesure (spot) sur le visage, qui est la zone que vous voulez exposer au mieux. Ensuite, après avoir ajusté vos réglages, vous pourrez recadrer au besoin et déclencher.

Quand utiliser le mode manuel

De manière générale, on favorisera l’utilisation du mode manuel lorsque la lumière est constance ou peu variable. En effet, quel que soit le mode de mesure de lumière que vous utilisez, si la lumière change, vos réglages seront à refaire. Ou tout au moins à contrôler.

Le mode manuel pourrait être utilisé tout le temps. Mais voici un exemple pour comprendre pourquoi on l’évite dans certains cas. Vous êtes à l’extérieur lors d’une journée ensoleillée et il y a de beaux nuages. Si vous faites votre mesure de lumière au moment où le soleil est caché derrière un nuage et que soudain il est se découvre au moment du déclenchement, votre photo sera totalement surexposée. Si vous vous en apercevez avant de déclencher, vous devrez modifier les réglages. Et il se pourrait que la situation inverse se présente pour la photo suivante.

La configuration la plus courante pour laquelle il est conseillé d’utiliser le mode manuel, c’est en studio. En photographie de studio, une fois la mise en place et les réglages des éclairages fait, la lumière ne change plus. Dès lors, le photographe fait ses réglages de sensibilité, d’ouverture et de vitesse et il est parti pour déclencher. Il peut alors totalement se concentrer sur la gestion du modèle et son cadrage.

Une autre configuration classique où la lumière est constante, c’est à l’intérieur d’un bâtiment. Que vous photographiez vos enfants chez vous à la maison ou un couple de mariés dans une église, vous pouvez passer en mode manuel. Vous pourrez faire vos réglages une fois au début de votre séance et ne plus y prêter trop attention tout au long de celle-ci. Cependant, continuez à observer le curseur dans votre viseur pour en être certain.

Photo prise au coucher du soleil par temps dégagé (mesure matricielle)
En pratique

Il faut toujours tenir un œil sur la lumière disponible, son intensité et son orientation. Si vous êtes en intérieur, la lumière sera stable la plupart du temps. Donc, vous pouvez faire votre mesure de lumière et ajuster vos réglages en conséquence. Une fois les réglages faits, vous avez le plaisir de ne plus vous occuper que de capturer les différents moments furtifs qui se produiront.

Si vous voyez que vous devez changer continuellement vos réglages, il sera probablement plus simple et plus rapide de passer en mode priorité ouverture. Ne vous embêtez pas, les modes semi-automatiques sont là pour ça.

Conclusion

L’avantage du mode manuel est de vous donner l’information de l’exposition en temps réel et de vous permettre de choisir vos réglages en conséquence tout au long d’une séance. Par contre, il est nécessaire d’avoir une lumière la plus constante possible pour éviter les vérifications et changements répétitifs. Ce qui peut mener à des erreurs et ne vous permet pas de vous concentrer sur l’essentiel : la prise de vues.

Un certain nombre de photographes crient au scandale quand ils voient que des photos n’ont pas été faites en mode manuel. Ça me fait rire ! Le plus important c’est le résultat et non la façon pour y arriver. Les automatismes sont aussi là pour être utilisés, il me semble que. Je vous conseille donc de n’utiliser le mode manuel que si vous êtes certain de rencontrer des conditions adaptées. Si ce n’est pas le cas, favorisez les modes semi-automatiques (priorité ouverture et priorité vitesse).

Et vous, utilisez-vous le mode manuel ? Dans quelles circonstances ? Trouvez-vous qu’il soit plus adapté dans d’autres situations que celles citées dans cet article ? Vous pouvez laissez votre avis sur le sujet dans les commentaires ci-dessous.
A bientôt 😀

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :