6 astuces pour maîtriser vos objectifs photographiques

6 astuces pour maîtriser vos objectifs photographiques

La plupart des photographes ont un objectif favori, parfois même deux ou trois 😀 . Mais savez-vous comment obtenir le meilleur de vos objectifs ? J’ai utilisé différentes optiques ces dernières années. Grâce à cela, j’ai appris qu’il faut du temps pour les connaître et les apprivoiser, et encore plus pour vraiment les maîtriser. Les 6 astuces que je vais vous donner aujourd’hui vont vous aider à trouver votre méthode pour vous familiariser avec vos objectifs et un jour les maîtriser.

1. Utilisez exclusivement le même objectif pendant un mois

Dans son livre Outliers, Malcolm Gladwell met en avant une idée bien connue aujourd’hui. Il dit que la maîtrise d’une matière ou d’un sujet particulier s’obtient avec 10.000 heures de pratique. Cette idée de 10.000 heures de pratique pourrait s’appliquer à la photographie dans son ensemble plutôt qu’au fait d’utiliser un seul objectif en particulier. Mais il n’y a aucun doute sur le fait qu’utiliser le même objectif pendant une durée prolongée va vous aider à bien connaître cet objectif.

Vous pouvez mettre cette idée en pratique de façon assez simple, juste en prenant un seul appareil et une seule optique pour votre prochaine séance, quelle qu’elle soit. Par exemple, si vous avez un shooting portrait, prenez votre téléobjectif et calez le à une focale (105mm ou 300mm selon ce que vous avez). Si vous choisissez de faire du paysage, prenez votre objectif grand-angle (18mm ou 24mm). La prochaine fois, faites l’inverse. L’idée est d’utiliser la même focale sur toute la séance.

Portrait de couple réalisé au 24mm à f/2.8, 1/125s, 250 ISO

Je prends souvent une seule optique pour mes shootings portrait. C’est d’ailleurs le seul objectif dont je ne me sépare jamais pour une séance portrait, je parle du petit télé 85mm f/1.8. Vous pouvez aller plus loin en allongeant l’exercice sur une durée d’une semaine, un mois, et même plus. C’est à vous de le sentir…

Cet exercice est des plus faciles avec une focale fixe. Cependant, si vous utilisez un zoom, je vous suggère de simplement choisir une longueur focale, 50mm au hasard 😀 , et de ne plus y toucher (pendant la durée du shooting). L’idée est de vous familiariser avec le comportement d’une longueur focale particulière. Après quelque temps, une journée, une semaine ou un mois selon vos envies, passez à une autre longueur focale (24mm, 85mm ou 200mm).

Portrait réalisé au 85mm, à f/2, 1/400s, 400 ISO

2. Testez votre objectif à toutes les ouvertures

Une part de la maîtrise de vos objectifs est de connaître leurs performances aux différentes ouvertures. Il y a pour cela deux choses à considérer : Les Performances techniques et la qualité esthétique.

Portrait de couple pris au 50mm à f/1.8, 1/400s, 320 ISO

Peu d’objectifs donnent un qualité d’image constante à toutes les ouvertures. Toutes les optiques sont plus douces aux plus petites et aux plus grandes valeurs d’ouvertures qu’aux intermédiaires. Si vous avez tendance à utiliser de petites ouvertures quand vous prenez vos photos, pour de la photo de paysage par exemple, alors il est bien d’être au courant de l’effet que l’on appelle la diffraction et qui a tendance à réduire le piqué dans vos images lorsque vous réduisez votre ouverture. Eh oui, vous aurez une plus grande profondeur de champs à f/22, mais les photos prises à f/11 ou f/16 seront plus piquées (plus nettes et avec plus de détails).

Testez vos objectifs pour voir où les effets de la diffraction commencent à se manifester. De cette façon, vous saurez à quelle plus petite valeur d’ouverture vous obtenez le meilleur piqué pour chacun de vos objectifs.

A l’opposé, un objectif est toujours plus doux à sa plus grande ouverture. Si votre objectif préféré est à focale fixe, vous l’utilisez probablement à grande ouverture pour créer de beaux flous d’arrière-plan (Bokeh). En fermant pour une image plus nette et plus piquée, vous obtenez alors un flou moins esthétique. La clé est de trouver le bon équilibre entre Bokeh et qualité d’image. Je trouve par exemple que lorsque je fais du portrait avec un petit télé (85mm f/1.8), j’ai de meilleurs résultats à f/2 ou f/2.2. Le visage du modèle est plus net tout en gardant un joli flou d’arrière-plan et de qualité. Vous pouvez voir la différence sur les deux portraits ci-dessous.

La différence d’ouverture permet d’augmenter la zone de netteté sur le visage tout en gardant un beau flou d’arrière-plan.

3. Avec un zoom, testez toutes les longueurs focales

La situation devient un peu plus compliqué avec les zooms. Ceci simplement parce que vous avez une longueur focale très variable. La netteté ne varie pas uniquement avec l’ouverture, la longueur focale a également un effet. Quelques rares zooms fournissent une qualité optique égale à toutes leurs longueurs focales.

Quand j’utilise un zoom, je préfère penser et l’utiliser comme si j’avais plusieurs objectifs à focales fixes en un. Prenons l’exemple d’un zoom 24-70mm comme celui que je possède, j’ai tendance à l’utiliser à 35mm ou à 50mm pour mes photos. Ces valeurs de longueur focale sont marquées et bien visibles sur le fût de l’objectif. D’autres fois, je l’utilise à 24mm si je cherche un effet ultra grand-angle ou à 70mm remplaçant mon petit télé pour du portrait. Donc, pour moi, ce zoom m’offre quatre objectifs en un (24mm, 35mm, 50mm et 70mm).

Les photos suivantes montrent la différence entre les longueurs focales de 24mm et de 70mm de ce zoom.

Portrait de couple à 24mm
Portrait de couple à 70mm

Cette approche simplifie le travail pour apprendre à connaître votre zoom car vous limitez votre apprentissage à deux ou trois longueurs focales plutôt qu’à chacune d’elles sur l’entièreté de la plage des focales de votre objectif.

4. Zoomez avec les pieds

Peu importe que votre objectif favori soit un zoom ou une focale fixe, il est utile et efficace de zoomer avec vos pieds plutôt que d’utiliser la bague de zoom de votre objectif. Évidemment, si vous possédez une focale fixe, vous n’avez pas le choix pour ce point. Zoomer avec les pieds ? Non il ne faut pas mettre vos pieds sur votre objectif ! Vous l’aurez compris, il s’agit d’une expression qui décrit le fait de bouger physiquement par rapport à votre sujet. Vous pouvez vous en rapprocher ou vous en éloigner pour modifier sa taille dans le cadre, plutôt que d’être statique et de zoomer avec la bague de votre objectif.

Pour les possesseurs de zooms, ceci fait référence à l’idée du point précédent à propos des zooms qui peuvent être assimilés à deux ou trois objectifs focale fixe en un seul. Par exemple, si vous avez un zoom 18-70mm (ou 18-55mm) de kit, il se comportera différemment aux différentes longueurs focales. A 18mm, c’est un objectif grand-angle idéal pour les sujets tels que le paysage. A 55mm ou 70mm, vous aurez un petit téléobjectif plutôt utilisé en portrait.

En terme de perspectives, ces deux focales sont très différentes. Vous apprendrez à voir les changements de perspectives, seulement si vous vous approchez ou vous vous éloignez de votre sujet en ayant « calé » votre zoom à une longueur focale unique. Ne vous attendez pas à voir, comprendre ou apprendre cette notion juste en bougeant la bague de zoom tout en restant au même endroit.

Par exemple, avec un 18-55mm à la focale de 18mm, vous devez être relativement proche de votre sujet pour obtenir une perspective dramatique associée aux objectifs grand-angles. Ci-dessous, une série prise au 50mm, en me déplaçant autour du couple. Avec le même objectif, à des distances très différentes, on peut observer des ambiances et des cadrages changeants.

 

Si vous êtes très loin de votre sujet, vous obtiendrez une atmosphère beaucoup moins dramatique

5. Essayez différents sujets

Nous avons tendance à penser que les objectifs sont associés à des sujets spécifiques en fonction de leurs longueurs focales. Par exemple, qu’un grand-angle est idéal pour le paysage et les petits téléobjectifs sont plus adaptés au portrait. Mais qu’arriverait-il si vous les interchangiez de temps en temps ? Que se passe-t-il si vous utilisez un petit télé en photo de paysage ou un grand-angle pour du portrait ? L’idée est de vous sortir de votre zone de confort et de trouver une autre façon, plus créative, d’utiliser vos objectifs préférés. Des manières différentes auxquelles vous n’aviez pas encore pensé jusque là.

Voici une série de trois photos faites à 50mm. Il y a du portrait, de la photo d’objet et de paysage. Le 50mm (Plein Format) est la focale la plus polyvalente, elle est très proche de la vision humaine.

Si vous utilisez un grand-angle pour du portrait, vous vous rendrez bientôt compte qu’en étant trop proche de votre modèle, cela créera des effets qui ne sont pas très flatteurs. Mais qu’en est-il si vous faites quelques pas en arrière et intégrez une plus grande partie de votre environnement ? Soudain, vous faites une approche très différente que celle que vous auriez pris avec un petit téléobjectif (70mm ou 85mm). De telles expériences, peuvent ajouter de nouvelles compétences et façons de photographier à votre répertoire.

J’ai pris ce portrait avec mon 24mm, en contre-plongée qui plus est. J’ai obtenu un cliché original.

Portrait au 24mm à f/2, 1/100s, 500 ISO

6. Repoussez vos limites de compositions

La dernière astuce est de repousser vos limites en composition. Il s’agit de prendre différentes techniques et de les utiliser de façon extrême tout en regardant ce que vous pouvez en tirer ou réaliser qui soit intéressant ou carrément décalé. Si vous avez un objectif grand-angle, que se passe-t-il si vous vous approcher le plus près que vous pouvez de votre sujet (quel qu’il soit) ? Que se passe-t-il si vous utilisez une très grande ouverture plutôt qu’une petite ?

Si vous avez un téléobjectif, comment pouvez-vous optimiser la compression de perspective que vous donnent vos objectifs ? Quels sujets pouvez-vous photographier pour donner l’effet de couche obtenu avec des objectifs plus longs. ? C’est un processus d’expérimentation. Tous vos essais ne seront pas concluants. Mais lorsque les résultats sont bons, comme pour l’astuce précédente, vous ajouterez de nouvelles capacités à votre répertoire.

Voici une photo de paysage prise au téléobjectif.

Paysage Islandais réalisé au téléobjectif à 220mm, f/5.6, 1/800, 500 ISO. On observe le rapprochement des plans.

Étapes suivantes

Heureusement, ces astuces vous donneront déjà des idées pour utiliser efficacement vos objectifs et finir par les connaître et découvrir vos favoris. Au lieu de fantasmer sur la prochaine optique que vous allez vous acheter, rêver c’est chouette mais un nouvel objectif c’est cher ! que pensez-vous d’apprendre à tirer le maximum de ceux que vous possédez déjà ? Vous pourrez sûrement découvrir que la vraie créativité vient autant du fait de pousser les objectifs (et tout votre matériel) que vous possédez dans ses limites que lorsque vous achetez du nouveau matériel.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 7
    Partages

4 Replies to “6 astuces pour maîtriser vos objectifs photographiques”

    1. Merci Fred ! Ce sont des pistes efficaces… à mettre en pratique. Même si changer ses habitudes n’est pas toujours évident, c’est faisable et le résultat en vaut la chandelle 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.